06 09 25 09 15 vsnaturopathe@gmail.com

En naturopathie, il est nécessaire de régulièrement se former et d’être toujours à la pointe des nouvelles études pour aider et accompagner au mieux. C’est pourquoi en Octobre 2019 je me suis formée en « accompagnement naturopathique des inflammations chroniques, infections froides, maladie de Lyme et autres »

Cette formation a été assurée par Mme Anne PORTIER l’une des naturopathes les plus expérimentées dans le domaine car depuis 2011, elle participe avec d’autres thérapeutes à un groupe de recherche Chronifrance sur ces maladies émergentes où tous les mois, des médecins et non médecins mettent toutes leurs connaissances en commun pour trouver des solutions concrètes. 

Cette formation m’a permis de comprendre les interactions des maladies chroniques et trouver un fil conducteur pour sortir du symptomatique, d’utiliser notre boite à outils de naturopathe pour travailler en pluridisciplinarité et d’accompagner les consultants au long cours. 

Cette formation s’est déroulée dans le cadre d’un accompagnement à un traitement allopathique et en aucun cas en substitution de celui-ci

Qu’est-ce que la maladie de Lyme ?

La maladie de Lyme est un syndrome bien complexe. Il s’agit d’une maladie induite par la piqûre de certaines tiques porteuses d’un micro-organisme spiralé la plupart du temps des borrelies.

Cette affection se développe dramatiquement en Europe depuis de nombreuses années. 10 à 40 % des tiques sont porteuses de ces bactéries, mais la contamination varie fortement d’une région à l’autre.

On connaît bien maintenant les borrélies leurs espèces et leurs nombreuses sous-espèces. Ces bactéries sont d’un genre très particulier et presque doués d’intelligence car elles injectent des immunosuppresseurs qui préviennent la mobilisation des globules blancs et la réaction inflammatoire défensive. Du coup elles voyagent « incognito » pour l’hôte, mais aussi pour ses défenseurs ; les globules blancs. 

Comme les virus de l’herpès, d’Epstein-Barr ou du sida, elles peuvent donc déjouer nos systèmes de protection.

Quelles sont les manifestations de cette maladie ? 

La plupart des infections à borrélies restent asymptomatiques et guérissent spontanément. Les défenses immunitaires, si elles sont suffisamment puissantes, éliminent les bactéries.  

Le problème est que nous ne sommes pas immunisés par un premier contact. Les réinfections sont donc possibles car nous sommes susceptibles d’être piqués plusieurs fois par des tiques. 

En cas de maladie de Lyme, on observe des manifestations qui vont et viennent, des douleurs articulaires et musculaires qui migrent dans le corps, de la fatigue, des maux de tête, des problèmes de mémoire, des craquements du dos et du cou ou des problèmes psychologiques.

3 phases ont été identifiées : 

Phase 1 : Localisée 

L’incubation dure généralement 7 à 14 jours mais peut aller de 1 à 36 jours. Quelques jours ou quelques semaines après une morsure de tique, une rougeur peut apparaître sur la peau le plus souvent de la forme d’un anneau (seulement 40% des cas) . Cette rougeur qui tend à s’étendre à partir du point central constitué par la morsure de la tique est appelée érythème migrant.

Lyme Disease can Cause Cancer | AJ's Wigs

Si aucun traitement n’est prescrit cet érythème migrant persiste quelques semaines ou quelques mois, puis disparait. 

Chez certaines personnes les manifestations cutanées de l’infection s’accompagnent de manifestations de type grippal, avec de la fièvre, des douleurs articulaires et musculaires, des maux de tête, des malaises, une fatigue, une nuque raide et douloureuse mais aucun des signes respiratoires de la grippe. 

Phase 2 : Disséminée

Quelques semaines ou quelques mois plus tard, et parfois même jusqu’à deux ans après l’infection, peuvent apparaitre des nouvelles manifestations. 

Des douleurs articulaires de type arthrose et/ou des signes neurologiques (15 % des personnes infectées environ)

Phase 3 : Tardive

Plusieurs mois, voire plusieurs années après l’infection initiale, certaines personnes passent à un troisième stade de la maladie, avec une arthrose chronique, des troubles neurologiques ou une affection de la peau. 

Voici quelques manifestations de la maladie de Lyme : 

  • Fatigue, lassitude 
  • Maux de tête 
  • Raideur de la nuque ou du dos 
  • Gonflement ou douleurs articulaires 
  • Fourmillements, engourdissements et/ou sensation de brûlure aux extrémités 
  • Confusion, difficulté à penser 
  • Difficulté à se concentrer ou à lire 
  • Distraction, mauvaise mémoire à court terme
  • Troubles du sommeil – Dort trop ou trop peu, réveils précoces 
  • Difficulté à parler ou à écrire 

Pour être plus précis, il est possible de remplir le questionnaire mis au point par le Dr Horowitz qui est en ligne sur le site de l’association Lyme sans frontières.

Http://ffmvt.org/wp-content/uploads/questionnaire-horowitz.pdf

Le problème du dépistage en France.

Tests Elisa et Western Blot 

Ces tests consistent à chercher dans le sang les anticorps déclenchés contre la bactérie par le système immunitaire du malade. Ils sont proposés aux personnes en cas de suspicion d’une maladie de Lyme et réalisés dans un laboratoire d’analyses. 

Ces tests sérologiques se heurtent à plusieurs difficultés : 

La maladie de Lyme n’est pas due à une seule bactérie mais à plusieurs appartenant à cinq espèces différentes au moins. Parfois leurs tests ne permettent de reconnaître que certaines bactéries.

Les Borrelies disposent d’une astuce pour passer relativement inaperçues des défenses de l’organisme. Avec une conséquence problématique pour les tests Elisa et Western Blot : elles induisent moins d’anticorps que d’autres bactéries. 

Le système immunitaire réagit tardivement et faiblement à l’infection. Une infection à Borrelies est dite peu immunogène, c’est-à-dire qu’elle active peu le système immunitaire de la personne infectée. Les tests peuvent donc donner, à tort, un résultat négatif. 

La place de la naturopathie dans l’accompagnement de la maladie de Lyme

La médecine traditionnelle va en général ne donner que des antibiotiques

Ces médicaments sont indispensables, mais il est possible renforcer leur action avec des plantes.

Les plantes et autres compléments alimentaires naturels vont permettre de détruire les biofilms (sorte de rempart pour se rendre indétectable par notre système immunitair) crées par les bacteries. 

On va pouvoir éviter également l’enkystement des bacteries (elles le font pour se protéger du système immunitaire) et qui leur permet de rester en latence durant des années. 

Mais il ne suffit pas de détruire les bactéries, toutes les techniques naturopathiques vont également aider le corps à éliminer les toxines et les bactéries mortes en détoxifiant et drainant l’organisme.

Parallèlement il est important de soutenir l’immunité et de la stimuler. Il faut également protéger les intestins, surtout en cas de cure d’antibiotiques. 

Le travail du naturopathe sera également de vérifier qu’il n’y a pas de candidose associée, de vérifier un taux de métaux lourds trop élevé, ou une électrosensibilité accrue et d’y remédier si besoin car tout cela peut empêcher l’élimination des biofilms et des bactéries.

Que faire en cas de morsure d’une tique ? 

Le premier réflexe est de la retirer à l’aide d’une pince spéciale qu’on trouve dans toutes les pharmacies. Si la tique est porteuse de bactéries, le délai de contagion peut varier considérablement ; pour certaines bactéries 10 minutes peuvent suffire. Pour les borrelies, les études européennes donnent environ 6 à 16 heures de délai. Plus la tique est difficile à retirer, plus le risque de contamination augmente : 

Après avoir retiré la tique il est important de mettre directement un mélange d’huiles essentielles : 

Dans un flacon-roll on de 2 ml INTERDIT pour les femmes enceintes, ET pour les enfants en dessous de 15 ans : directement sur la peau : 4 x par jour pendant 24 à 48h et 2 fois par jour jusqu’à disparition de la piqûre.

  • 10 gouttes d’HE origan compact : (antibactérien N°1)
  • 10 gouttes d’HE cannelle de Ceylan (tue 99,99% des microbes)
  • 10 gouttes d’HE de tea tree (antiviral let antibacterien à large spectre)
  • 10 gouttes d’HE de romarin à verbenone (protège le foie)
  • 10 gouttes d’HE de lavande Aspic (antitoxique contre toutes les piqures en général

Pour les enfants à partir de 3 ans dans un flacon de 15 ml  : directement sur la peau : 4 x par jour pendant 24 à 48h et 2 fois par jour jusqu’à disparition de la piqûre.

  • 15 gouttes d’HE de lavande vraie
  • 15 gouttes d’HE de tea tree
  • remplir le reste du flacon avec de l’huile végétale

Pour les femmes enceintes et les petits de – 3 ans

homéopathie : ledum paluste 7 CH : 3 granules 4 fois par jour pendant 20 jours

En cas de piqûre surtout surveillez les manifestations : En cas érythème migrant et/ou état grippal ou en cas de doute prenez RDV chez votre médecin traitant et chez un naturopathe formé à la maladie de Lyme